BAC 2018: CONSIGNE BIAISÉE

Le transhumé et le transhuman
18 juillet 2018
LE PLAN SÉNÉGAL ÉMERGENT version PRODAC
4 août 2018

L’élimination radicale à Thiès de plus d’une centaine de candidats au BAC frise sans nul doute l’indécence récurrente d’un gouvernement aux ressources humaines limitées et l’indélicatesse d’un système scolaire en déphasage avec les priorités régaliennes d’une république de valeurs. Après le limogeage de l’ancien directeur d’il y a deux mois à peine, lié au scandale de l’année passée, voici qu’encore adviennent d’autres errements et autant de cacophonies dans l’organisation du BAC sénégalais notamment dans l’application des consignes.
La mesure a été bien définie, clairement stipulée mais trop mal comprise. Hélas, l’excès de zèle a été également de trop. En effet, selon le module de démocratie scolaire sur le comportement du candidat: à l’usage de téléphone formellement interdit, il est également fort bien prohibé de fouiller le sac d’un candidat posé à terre, sous le tableau, devant les candidats, le téléphone éteint et sous la vigilance des surveillants aguerris.
En est-t-il encore de trop que de vouloir suspecter tous les candidats, d’en faire des tricheurs potentiels que de ramasser tous les sacs des candidats posés à même le plancher et de faire sortir ces derniers sans aucune raison valable de leur salle d’examens. Qu’en sera-t-il d’élèves de séries S1 ou S2 dont le matériel d’appoint est plus que de rigueur auxquels l’on demanderait de ne venir sans une règle à tracer, sans compas, sans calculette et autres quelconques accessoires indispensables pour traiter un sujet de Physiques-chimie, de Sciences de la terre, un tel de mathématiques ou autres? Alors que d’autres parts l’on a permis à des candidats en tenue militaire de subir l’examen avec leur sac et leur téléphone mobile par devers eux-mêmes. Deux poids deux mesures. Voilà le triste constat que l’on se ferait de cet énième scandale lié à l’organisation du baccalauréat sénégalais. En effet, il est vraiment impensable et intolérable de priver à plus de cent candidats le droit de subir les épreuves d’un examen pour lequel des parents, pauvres débrouillards, paysans, et laissés pour compte se sont acquittés des droits d’inscrire de leurs enfants pour le bac et pour lesquels également ils ont appris à mettre en eux tout un espoir de les voir un jour réussir et de prendre enfin la relève tant désirée.
Hélas, voici qu’encore, une fois de plus, l’amateurisme et le pilotage en vue resurgissent auréolés de leurs lots de désespoir pour les candidats, d’inquiétude et de désarroi pour les parents désorientés, ne sachant à quel marabout se vouer si ce n’est au vénéré khalife de Thieneba en qui ils mettent ce qui leur reste d’espoir.
Une fois de plus le bac Sénégal fait parler de lui et des victimes se sont faites de par l’érection d’une consigne mal suivie.
La République des valeurs, de par son président, ses militants et sympathisants, dénonce cette situation d’iniquité sociale teintée d’une injustice fort choquante et compatit en le désarroi des parents d’élèves désabusés et le chagrin fait aux candidats victimes de zèle mal placé.

Pr Mbaye Gueye – RV

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *