Double bouton…

Enlèvement d’enfants, la psychose s’installe
3 avril 2018
La parodie de l’heure
9 avril 2018

Boun Abdallah Dionne a été encore une fois de plus victime de son innocence politique et de son dévouement inaliénable à une cause perdue d’avance que d’être l’agneau d’un sacrifice mélodramatique serti de soubassements ternes et insipides que de s’en aller défendre à la TFM des idéaux, projets et programmes, frisant le ridicule de par leur impertinence, qui ne peuvent et ne pourront jamais convaincre ni le néophyte taré encore moins le cupide ignorant persuadé d’être le chaman de la nation. Dieu sauve notre pays!

Aucune réponse viable ni solution fiable n’a-t- il proposé face à la crise sanitaire, au gouffre éducatif, à la recrudescence de la violence et la psychose des sénégalais devant le phénomène des rapts d’enfants.

Malencontreuse et décevante a été sa sortie lorsqu’on lui a posé la question relative à la récente démission de Thierno Alassane SALL du gouvernement de Macky. Il se refit la cravate, cliqua lourdement des paupières, tiqua de la voix, hésita devant la question qu’il voulut éviter et se rebiffa, préparant à l’aveuglette la première estocade qui lui fut passée par sa pauvre petite tète de technocrate abusée et utilisée, obligé qu’il fut d’aller souffrir devant un front médiatique dont il ignora tout de la pertinence des questions du très futé journaliste Mamadou Ibra KANE. Ce qui causa la perte, déjà inéluctable, du pauvre ‘’Cunégonde’’ fut de vouloir ternir l’image d’un patriote se départant d’un salaire de ministre et de ses privilèges, quelqu’un qui dirigea la cellule des cadres de l’APR, son propre parti, diplômé en sciences de l’aviation civile, ingénieur de son Etat…..Je nomme l’ex ministre Thierno Alassane SALL, celui qui a refusé de signer avec une entreprise française un contrat de plusieurs milliards de francs tout à l’avantage des fossoyeurs de notre pauvre pays endetté comme un juif romain, et pliant sous les injonctions d’une France, celle des non moins célèbres accords dénommés APE ; cette France même qui fait main basse et table rase sur toute l’étendue de nos maigres ressources et de nos entreprises phares . Pour cette France de l’esclavage et de la colonisation, Boun Abdallah a voulu peut être et sans y arriver se dédouaner d’être au moment de la démission de T.A.SALL, simultanément premier ministre et ministre de l’énergie et le tout d’une promptitude ceinte de précipitation qui ne dira jamais son nom et que les sénégalais comprendront comme un déferrement à un ordre infaillible auquel le président, son fusible de PM , sa famille et sa cohorte de thuriféraires ne sauraient y soustraire.

Ainsi , devant les allégations d’un ministre dont la mimique nerveuse et le gestuel dépité du moment trahissent le gêne et l’inconfort au petit écran, la République des Valeurs rappelle aux sénégalais l’urgence d’une prise de conscience collective et d’un prompte réveil face à ce gouvernement de pitres endimanchés, de saltimbanques outranciers et de pilleurs organisées, sous les ordres d’une France de laquelle, complices jusqu’à la lie, dérobent et dévalisent de concert l’héritage de nos fils et petits-fils de par la récurrence des mauvais contrats signés dont la reddition incombera, sans nul doute, à l’innocence des générations futures.

Dr Mbaye GUEYE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *