Le Scandale à 6000 Milliards de FCFA face aux armes d’étouffement massif de l’État.

La gestion économique de Macky Sall, entre insouciance et cynisme au bord du gouffre (par la cellule économique de la République des Valeurs)
19 août 2019
LES RELENTS D’UNE TRAHISON D’ÉTAT
1 novembre 2019

Après la projection du documentaire de BBC, le Sénégal fut propulsé au-devant de la scène internationale comme un pays aux gouvernants corrompus. 

Tous les signaux de la démocratie devinrent rouges et le peuple, alerté, fut sidéré. Ce fut la panique dans les plus hautes sphères de l’État. 

Les journalistes locaux avaient relayé l’information. L’opposition réelle prit la balle au rebond pour mieux se faire comprendre de ce qu’elle avait dénoncé depuis longtemps: la nébuleuse sur les contrats pétroliers et gaziers et l’implication directe du frère du président de la République. 

La société civile entra en jeu et « AAR LI NU BOKK » organisa une grande marche qui secoua le soubassement de la stabilité nationale. Les nerfs, à vif, devinrent tendus dans le camp au pouvoir. Il fallait trouver une solution rapidement pour éviter le soulèvement populaire. 

Se mit en place alors toute une stratégie de manigances d’étouffement de ce scandale ahurissant et inimaginable.

Très stratège qu’il sembla, le gouvernement saisit toutes les opportunités qui furent à sa portée. La plus opportune fut l’avènement de la coupe d’Afrique de football des nations. Une forte communication fut ainsi orientée sur chaque match des lions. Ce qui réussit avec l’enchaînement des victoires du Sénégal. L’accalmie fut de courte durée après l’élimination des lions de la téranga.

Le peuple sublima sa colère ensuite en une chanson populaire très engagée « Aliou Sall sunou 400.000, sounou 400.000 ». Cette première tactique montra ainsi ses limites. 

En un temps bref, un autre stratagème se mit en place. Un chanteur de la place avait arboré un t-shirt du league LGBT au moment du « Gay Pride ». Un scandale de déviance sociologique pour étouffer le scandale  des délinquants à col blanc. L’engouement populaire diminua et ils le mirent en contribution avec l’organisation de la coupe d’Afrique de basket-Ball féminin à Dakar. 

D’énormes moyens furent mis en place pour convoyer les supporters. Pour mieux amuser la galerie, une nouvelle distraction de taille fit jour: la médiatisation des vacances du couple présidentiel au moment où le Sénégal patauge présentement dans les eaux de pluie aves ces lots de désolations. 

La COM du président commença à réussir son coup et pour couronner le tout certains chanteurs de notoriété moindre s’y mirent; des concerts un peu partout au Sénégal furent organisés, l’avènement de Ouzin Keita, l’exemple de médiocrité mise en avant par les médias. 

La déclaration ubuesque de candidature du chanteur en manque de notoriété Mame Gor Diazaka pour la mairie de Rufisque aidé par un certain thuriféraire notoire du coin… tous des suppôts de la gouvernance.

Peuple sénégalais, évitons d’être ce peuple de l’histoire pour qui se battre pour sa propre cause revenait à s’immoler par le feu pour éclairer un aveugle…

Alou Sakho – Membre République des Valeurs/Belgique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *