Surliquidité de façade

Le culte de la démission
10 juin 2018
Le transhumé et le transhuman
18 juillet 2018

L’amateurisme en service ! 

Convoquer un point de presse, tout de blanc vêtus, recommandation mystique ? un vendredi après-midi, d’une précipitation tous azimuts et le tout auréolé d’une promptitude reflétant l’angoisse et l’inquiétude d’un gouvernement dépassé par les sorties fracassantes d’inepties et les notes discordantes d’une communication légère de contrevérités et vides d’errements dont la stérilité suscite des questions relatives à  la véracité des chiffres annoncés sur une surliquidité apparente du Trésor Public. En est-il des sueurs froides que de penser que de mémoire d’éléphant, aucun État sérieux ne se risquerait à divulguer ses fonds encore moins si ceux-ci semblent déteindre d’une panoplie de chiffres erronés que d’oublier le montant de la dette intérieure, la facture jusqu’ici impayée des BTP s’élevant à 65 milliards, les chantiers à l’arrêt, les 85 milliards à éponger dus aux enseignants, les 63 milliards des bons impayés, les heures supplémentaires des travailleurs de la santé, la dette due aux travailleurs de l’ex Entente Cadackar….et l’on nous annonce 700  milliards flambants bien gardés dans les caisses de l’Etat, causant par la même la mort de Fallou Séne et les promesses faites et non tenues lors des conseils de ministres décentralisés. La pertinence de ce point de presse serait peut-être d’illustrer une incompétence à l’allure de je m’en foutisme acerbe caractérisé par un amateurisme au goût criard de larbinisme exacerbé. Pour cela, l’on suppose que la démission récente d’un petit ministre (Prodac) à l’appétit gargantuesque à milliards n’ôterait en rien en la curie à laquelle s’adonnent ces racketteurs qui n’en finissent de se goinfrer sous l’œil approbateur d’un monarque compatissant car lui aussi, maintenant inquiet s’est essayé ce mardi d’armer un symposium sur le pétrole et le gaz à l’allure d’un meeting ralliant l’onction hypocrite d’inféodés d’un régime de saltimbanques dont la présence du petit frère, représentant d’Arcelor et de Timis corporation, ravirait la vedette de par son absence si présente car, à la place du monarque il aurait été le seul et véritable médiateur de la rencontre, étant le principal actionnaire « tout-puissant » de tout gaz et pétrole au Sénégal, ce qui ne le dédouanerait nulle part ailleurs de n’être convié par les bons soins d’un frère protecteur.

Professeur Mbaye Gueye

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *