thierno alassane sall manifestations

TAS revient sur sa participation à la manifestation contre le report

Ce 9 février, le Sénégal a témoigné de la détermination de nombre de ses braves filles et fils à barrer la route aux putschistes.

Des marches pacifiques dans de nombreuses villes ont été accueillies par une répression brutale inacceptable. Je rends hommage au jeune Alpha Tounkara, étudiant à l’UGB de Saint-Louis, qui a perdu la vie lors de ces événements. Son nom s’ajoute à la longue liste des jeunes morts au cours des manifestations et dont les causes exactes de décès restent à élucider.

Je dénonce avec la plus grande fermeté les agressions honteuses subies par les membres de la presse. J’ai été témoin de violences contre la presse nationale par nos FDS qui pourtant, elles savent être professionnelles, voire courtoises avec la presse internationale. Allez savoir pourquoi.

À Ziguinchor, un motocycliste handicapé a été violenté pour avoir refusé de remettre aux policiers le drapeau qu’il brandissait. Le nôtre a été arraché à un de nos jeunes dans l’enceinte de la Grande mosquée de Dakar. Le drapeau national, un symbole de subversion ? Une arme de destruction massive ?

Je salue tous les héros de ce jour, qui ont porté haut l’étendard de la démocratie et de la liberté, au prix de souffrances, d’arrestations et de blessures.

La nouvelle coalition, entre les parjures de Doha et de Dakar, sait désormais quel prix il lui faudra payer pour parvenir à ses fins : faire face aux Sénégalais qui seront toujours plus nombreux.

Macky Sall doit partir le 2 avril 2024. Les deals en cours n’y feront rien parce que c’est désormais l’exigence de l’écrasante majorité des Sénégalais.

#MackyWotaWad #FreeSenegal

Autres actualités